News : le fil de l'actu

CM 2018 : Saer Seck voit les Lions au second tour

L’équipe du Sénégal a de "grandes chances" de se qualifier pour le second tour du Mondial 2018 (14 juin-15 juillet), estime Saer Seck, premier vice-président de la Fédération sénégalaise de football. Le sélectionneur des Lions Aliou Cissé "a tout ce qu’il faut" pour parvenir à ce résulat, a indiqué M. Seck, qui s’entretenait avec des journalistes africains sur le réseau social Whatsapp.

 

Amnesty, Ldsh et Raddho exigent la libération des opposants arrêtés

La Ligue sénégalaise des droits Humains (Lsdh), la Rencontre africaine pour la défense des droits de l’Homme (Raddho), Article 19/Afrique de l’ouest et Amnesty International Sénégal se disent préoccupés par les arrestations et la détention dans des commissariats de police de Dakar de leaders de l’opposition et de la société civile qui participaient à une manifestation pacifique contre l’adoption d’un projet de loi sur le parrainage en vue de...

 

Afrique de l’Ouest: 8 millions de personnes en insécurité alimentaire

Une réunion du Réseau de prévention des crises alimentaires (RPCA) s'est achevée, mercredi 18 avril 2018 à Paris, au siège de l'Organisation de coopération et de développement économique. Ce réseau est composé des Etats d'Afrique de l'Ouest, d'institutions régionales, d'ONG ou de partenaires au développement. Son objectif est d'assurer une veille de la production agricole dans la région afin de prévenir l'insécurité alimentaire.

 

Aïssata Tall Sall demande l'ajournement des travaux

"Six heures d'horloge que nous sommes en train de débattre, que le peuple est en train de nous écouter. Nous sommes en train d'imprimer la marche de notre pays, pose la député Aïssata Tall Sall. Ce que nous demandons en ce moment, c'est de ne pas faire une guérilla dans cet auguste hémicycle, pas de bloquer le travail parlementaire. C'est parce que l'heure est grave parce que vous avez entendu notre peuple. Vous avez entendu l'écho de ce...

 

Assemblée nationale : Ismaïla Madior Fall demande la poursuite des débats

«J’ai entendu l’honorable député Moustapha Guirassy parlait de consensus, je salue sa volonté de passer par un consensus pour réaliser une réforme de cette envergure. Mais Monsieur Guirassy dans toute l’histoire constitutionnelle du Sénégal, il n’y aucun texte constitutionnel qui soit passé par consensus ; il n’y en pas même en 2001, lorsqu’on faisant la grande Constitution», lance le ministre de la Justice, Ismaïla Madior Fall.

 

Parrainage : Guirassy réclame le retrait du projet de loi

Moustapha Guirassy, député à l’Assemblée nationale, a demandé le retrait pur et simple du projet de loi sur le parrainage. Parce que, selon lui, il est «inconcevable», à dix mois de l’élection présidentielle de 2019, de modifier la constitution sans passer voix référendaire. Le député a fermement déploré le manque de consensus autour dudit projet de loi. «Les prérogatives, c’est le peuple. Les prérogatives, ce ne sont pas les textes.

 

Vainqueur du marathon de Boston, il va abandonner son boulot pour devenir pro

Le Japonais Yuki Kawauchi, vainqueur lundi du marathon de Boston malgré l'absence de sponsor et un travail à temps plein, va quitter l'an prochain son modeste emploi d'agent administratif pour devenir professionnel. "A compter d'avril 2019, je prévois de démissionner de mon poste de fonctionnaire", a déclaré le coureur de 31 ans aux journalistes qui l'attendaient à son retour, à l'aéroport de Tokyo-Narita.

 

Le PSG exclu de la Ligue des Champions?

Le Paris Saint-Germain défendra son cas vendredi au siège de l'UEFA à Nyon devant l'instance de contrôle financier des clubs, qui n'ont pas le droit de dépenser plus qu'ils ne gagnent. Celle-ci a ouvert début septembre une enquête officielle à l'encontre du PSG pour voir si ses dépenses de transfert de l'été dernier ont enfreint les règles du fair-play. Les dirigeants qataris ont recruté Neymar ainsi que Kylian Mbappé à Barcelone et Monaco contre respectivement 222 et 180 millions d'euros.

 

Assemblée nationale : L’intervention musclée de Cheikh Bamba Dièye

L’intervention de Cheikh Bamba Dièye a été remarquée à l’Assemblée. Le leader du Fsd /Bj s’en est violemment pris au président de l’Assemblée nationale. « Les Sénégalais, la communauté internationale doivent se rendre compte que Monsieur le président, vous n’êtes pas dans les dispositions. Vous ne portez pas les habits du président de l’Assemblée nationale. Vous ne respectez pas le règlement intérieur.

 

Nouvelle bagarre à l'Assemblée nationale

La suspension observée par le président de l’Assemblée nationale, Moustapha Niasse n’a pas eu l’effet escompté. Une nouvelle bagarre a éclaté entre députés de l’opposition et ceux du pouvoir. Tout est parti de la colère de Toussaint Manga. Ce dernier a été invité à s’exprimer pour un temps de parole de trois minutes. Ce que le député du groupe parlementaire Liberté et Démocratie refuse d’entendre.

 

Bamba Dièye : « Aujourd’hui, Dakar est telle une ville assiégée »

Le leader du Front pour le socialisme et la démocratie/Benno Jubël (Fsd/Bj) Cheikh Bamba Dièye a réagi, sur les perturbations à l’Assemblée, en marge du vote de la loi sur le parrainage. Une bagarre a éclaté entre les députés de la majorité et ceux de l’opposition, obligeant le président de l’Assemblée nationale à suspendre la séance pour 30 minutes. « En fait, ce n’est pas une bagarre proprement dite.

 

Vote loi Parrainage : Niasse menace de faire intervenir les gendarmes

Les services du Colonel Dionne ont été sollicités par le président de l’Assemblée nationale au moment où Toussaint Manga a pris la parole. Il s’explique : « L’article 53 du règlement intérieur, dit que le président seul, a la police de l’Assemblée. Il est chargé de veiller à la sérénité et à la sécurité des débats. Si l’honorable dépasse les 3 minutes, j’appellerai les gendarmes.

 

Ngouda Mboup, juriste : «Macky et sa majorité sont en train de violer la constitution»

«La date de l’élection présidentielle a été arrêtée, et dès lors il n’y a pas lieu de changer les règles du jeu. Changer la constitution revient à changer les règles du jeu», a soutenu l’enseignant-chercheur en droit public, Ngouda Mboup, qui analyse sur Sud Fm les enjeux de la modification de la constitutionnelle instaurant le parrainage. Il demeure convaincu «Le président de la république et sa majorité sont en train de violer la constitution du Sénégal.

 

19-Avril Arrestations Idy, Gackou- et Cie : Sédhiou organise la résistance

«Nous nous organisons non seulement pour la libération d’Idrissa Seck, de Malick Gakou et compagnie dans les meilleurs délais mais aussi pour sauvegarder les acquis démocratiques», a dit le coordonnateur régional du parti Rewmi. Ousmane Diaïté pense que «cette arrestation de certains leaders n’est pas surprenante d’autant plus que nous sommes dans une dictature où les règles de droit sont bafouées».